(LA) HORDE, la danse post-Internet

(LA) HORDE, la danse post-Internet

Le collectif (LA)HORDE signe des œuvres chorégraphiques issues de leurs rencontres avec différentes communautés online. Ils collaborent avec des interprètes du monde entier formés uniquement par des tutoriels en ligne. Ciné-Corps invite le collectif pour présenter quatre de leurs films, et s’entretenir avec eux sur le concept de danse post-internet.

En présence Marine Brutti / Jonathan Debrouwer / Arthur Harel

Novacieries

Durée: 16 minutesAnnée: 2015Réalisateur(s): (LA) HORDE

Dans le film de 16 minutes intitulé Novaciéries (LA)HORDE met en place une situation contemplative où les différents aspect du jumpstyle – une danse issue du mouvement mainstream hardcore – sont mis en scène et réinterprétés pour livrer un compte rendu

mystérieux des différents aspects du développement d’une danse post-internet. Le film est un projet global qui mélange des images cinématographiques réalisées par (LA)HORDE lors du tournage avec une équipe de cinéma, des captations d’une performance avec les interprètes du film et des images d’archives réalisées par les interprètes eux même (homemade videos). La caméra suit des danseurs et une chanteuse dans une ancienne aciérie abandonnée. Les protagonistes exécutent et répètent

des gestes de HardJump et de Hakken au rythme des machines et de l’hymne Hardcore «Hardcore to the Bone» proclamé par la chanteuse lyrique. Il en découle une errance des différents interprètes avant de se retrouver pour livrer un spectacle sans public. On oscille tout du long entre la vision idéalisée de leur représentation et la réalité de sa visibilité. Mélangeant cinéma, performance et home vidéo, Novaciéries transcende le film dansé pour faire un portrait chorégraphié et métaphysique du monde post-industriel en réinterprétant une danse post-internet.

Cloud Chasers

Durée: 2 minutes 30Année: 2016Réalisateur(s): (LA) HORDE

Mutant Stage est une série de courts métrages chorégraphiques produits par Lafayette Anticipation, Fondation d’entreprise Galeries Lafayette, dans le cadre des travaux de réhabilitation de son bâtiment.

À travers cette exploration des sculptures de fumée réalisées par les cloud chasers, (LA)HORDE cherche à donner forme à un moment latent où la fondation est en transition. En occupant l’espace par une esthétique volatile et magique, la fumée explore sa potentialité d’accueil d’œuvres d’art et de projets artistiques en développement. Elle rend compte d’un lieu en mutation, dont les formes ne sont pas encore définies.

La posture du cloud chaser, ce fumeur nouvelle génération, amène une attente active qui donne déjà lieu à une exploration artistique et signe ainsi que la Fondation Lafayette existe déjà, et qu’on y crée des œuvres.

Ce film veut être une réponse étonnante et inattendue à la commande amenée par Lafayette Anticipation et offrir un geste radical de danse différente et de questionnement des espaces de création.

Bondy

Durée: 16 minutesAnnée: 2017Réalisateur(s): (LA) HORDE

La ville de Bondy et le Centre National de la Danse de Pantin ont confié au collectif (LA)HORDE – Marine Brutti, Jonathan Debrouwer, Arthur Harel – la réalisation d’un portrait chorégraphique des habitants de Bondy. Le but était d’aller à la rencontre de ceux qui pratiquent la danse mais qui ne passent pas forcément par les structures institutionnelles. Et de les inviter à se filmer dans leur pratique et de se mettre en scène se représenter, en train de danser, dans les lieux de leur choix. Une cinquantaine de personnes ont participé au projet, dont la troupe de pom-pom girls locale, le club du 3e âge du centre communal d’action sociale (CCAS) passionné de danse, ou encore les nageuses du club de natation synchronisée.

Après une année de travail et de rencontres, le collectif a produit un film de 16 minutes mélangeant une diversité de formats et de pratiques artistiques.

 

Larger Than Life

Durée: 6 minutesAnnée: 2016Réalisateur(s): (LA) HORDE

(LA)HORDE crée une pièce unique de 3h30 pour le designer suisse Julian Zigerli.

Une installation performative interprétée par 13 danseurs et 15 techniciens cinéma dans l’espace TheFamily.

Contacté par styliste/designer suisse Julian Zigerli pour orchestrer son premier défilé de mode parisien. Le collectif dépassa la demande en transformant le principe du défilé en une longue performance de 3h30 dans l’espace TheFamily, interprétée par 13 danseurs et 15 techniciens cinéma, avec un tournage en live et à vue des spectateurs.

Le résultat est une longue vidéo hypnotique de 5’55 minutes avec une bande sonore spécialement conçue par le duo Herse, (Erwan Sene et Thomas Hervé).