Ciné-Corps Rennes // du 8 au 11 octobre 2020

Mini-ball voguing au CCNRB // 11 octobre à 19h

Mini-ball voguing au CCNRB 11 octobre à 19h.

En tant que phénomène non-conformiste, la culture du bal s’enracine dans la provocation et la nécessité. Elle est également à mettre en parallèle avec l’histoire des drag shows, des spectacles de performances queers.

Nous vous invitons à assister au Min-Ball Ciné-Corps au CCNRB, accessible à tous les publics !

Workshop Ciné-Corps Voguing avec Vinii Revlon au CCNRB à Rennes

La vie est trop courte pour être timide !

Le festival Ciné-Corps vous invite à participer à un workshop de Voguing avec Vinii Revlon au CCNRB, gratuitement et sur inscription.
L’atelier est ouvert aux danseu·r·se·s amat·eur·rice·s ou professionnel·le·s, pour découvrir le Voguing et participer au Mini-Ball Ciné-Corps.

Horaires du workshop (la présence à toutes les séances est importante pour la préparation du Mini-Ball) :
Samedi 10 octobre de 11h à 13h puis de 14h30 à 18h
Dimanche 11 octobre de 11h à 13h puis préparation du Mini-Ball qui lui aura lieu à 19h le même jour

Adresse du workshop : CCNRB 38 rue Saint-Melaine, 35000 Rennes

 

Reconnu aux États-Unis comme la première Légende du Vogue en Europe, Vinii contribue à la construction de la scène Voguing en France. Il est à l’initiative chaque année de grands événements Voguing “BALL”, comme par exemple “The United States of Africa ball”, qui se déroule à la Gaîté Lyrique à Paris.
Il donne des workshops et Vogue Class partout dans le monde, Brésil, Espagne, Royaume-Unis, Allemagne…
Il introduit le Voguing à l’Opéra Bastille avec Les Indes Galantes, dans la publicité Evian, dans le clip de la star française Aya Nakamura Pookie. Il amène aussi le vogue sur les marches du parvis de l’Élysée avec l’artiste Kiddy Smile à l’occasion de la Fête de la Musique en 2018.

 

 

Projection au Bocal // 8 octobre à 20h // KIKI

Kiki jette un regard dans la vie de la communauté noire LGBT de New York, qui tire son origine de la Ball culture de Harlem, dans les années 80. On assiste aux bals lors desquels les participants aux compétitions de danse vogue s’affrontent pour remporter le trophée et faisons la connaissance de jeunes activistes ainsi que de danseurs qui organisent ces soirées. À une époque où le mariage homosexuel est désormais légal, de nombreux adolescents parlent ouvertement de sujets ayant trait à la politique de l’égalité des genres. Mais la marginalisation persiste et, avec elle, le besoin d’être accepté. Vingt-six ans après le film culte Paris Is Burning, qui faisait découvrir la Ball culture
à un vaste public, la piste de danse revient sur grand écran avec Kiki : un voyage à travers la scène new-yorkaise, rythmé par une excellente bande originale électrisante de Qween Beats.

 

Association Le bocal
2 allée de Finlande
35200 RENNES

8 octobre à 20h
Entrée gratuite
.

Projection au CCNRB // vendredi 9 octobre à 20h

Durée: 5 minutesAnnée: 2014Réalisateur(s): Frédéric NauczycielProduction: House of HMU

« A Baroque Ball [Shade] » réunit 15 performeurs sur une interprétation baroque d’un concerto de Bach. Il s’y joue les règles du voguing et le déroulement d’un ball : la grande marche qui débute chaque ball, les lss (présentations des legends, statements et stars), la sélection dans sa catégorie pour obtenir ses 10’s (« 10 across the board »), les battles, défis à deux et enfin, le grand prix du gagnant. Il s’y joue aussi le jeu de la cour de la ballroom, la politique et la liberté contrainte du baroque français. S’ajoute à cela l’organisation de la scène parisienne en éclosion au moment du tournage, et les relations quasi politiques entre les figures tutélaires : Lasseindra Ninja la pionnière et initiatrice de la Ballroom à Paris, les mothers Reedha LaDurée et Honeysha Khan, la guest star américaine de Baltimore, Dale Blackheart. La séquence est aussi envisagée comme une blague, perdant en pureté et gagnant en énergie, celle du shade, cette manière particulière de tancer l’autre tout en établissant une connivence avec le reste de l’audience, les pairs. Au final c’est la qualité particulière du voguing, urbaine et contemporaine, de se renouveler au contact d’apports extérieurs, comme cette réactualisation baroque, qui fait la longévité de cette forme performative.

Hold That pose for me

Durée: 22 minutesAnnée: 2018Réalisateur(s): Chriss Lag & Xavier Héraud

« Le voguing est plus qu’une danse, c’est une culture », répète inlassablement Lasseindra Ninja, l’une des pionnières de ce que l’on appelle la Ballroom scene en France et dont le voguing est la composante
la plus connue.
Dans le prolongement de Voguers of Paris, la mini-série documentaire publiée sur Hornet, qui explorait les origines, le fonctionnement et les acteurs et actrices de la scène parisienne, Hold that pose for me offre un instantané de cette culture née dans la communauté LGBT noire et latino à la fin des années 70 à New York, et qui trouve ses racines dans les balls de Harlem des années 20.
Pendant un an, Chriss Lag et Xavier Héraud Ebony ont filmé les balls parisiens et rencontré divers acteurs et actrices de ce mouvement.
Devant la caméra, plusieurs mothers, fathers et kids nous livrent une idée des valeurs intrinsèques à la Ballroom scene et de ce que cette dernière apporte à celles et ceux qui en font partie. Ils et elles
dessinent les contours d’une culture où le mot de communauté prend tout son sens.

Fabulous

Durée: 52 minutesAnnée: 2019Réalisateur(s): Audrey Jean-Baptiste

Après plus de dix ans d’absence, Lasseindra Ninja, icône internationale de la scène Voguing et militante LGbtQ retourne en Guyane française, sa terre natale. En effet c’est la première fois que sera donnée une master class de Voguing sur ce territoire où l’homosexualité est un sujet très sensible.
Obligé de fuir à cause de la marginalité de son orientation sexuelle, Xavier Barthelemy, ne pensait jamais revenir à Cayenne. Surtout pas depuis qu’il s’est affranchi, libéré et qu’il s’appelle Lasseindra. Donner cette master class sera pour lui l’occasion de se confronter à son passé et ses fantômes. C’est aussi une opportunité extraordinaire pour lui de rencontrer la nouvelle génération qu’il inspire et qui contrairement au jeune qu’il était, veut s’affirmer avec le souhait que la communauté
guyanaise accepte enfin leurs différences.
À travers la danse mais aussi de nombreux portraits hauts en couleurs, Lasseindra redécouvre son pays et permet au spectateur de se questionner sur la notion de genre et d’identité. En creux, ce film
offre un point de vue encore inédit sur la Guyane Française et nous rappelle combien le combat pour la liberté est encore loin d’être gagné.
Cette histoire de libération physique et mentale, pleine d’énergie et de sincérité, est aussi le témoignage d’un parcours du combattant exceptionnel.